Return to site

Pourquoi et comment découvrir vos talents ?

La base du leadership : la connaissance de soi (3/4)

· Talents,Leadership,Connaissance de soi

J'entame une série d'articles sur le lien étroit entre connaissance de soi et leadership.

Le fond de ces articles est le résultat des recherches d’Alexandre Havard, fondateur de l’Institut de leadership vertueux.

L'objectif de ce troisième article est de découvrir vos talents et le rôle qu'ils peuvent jouer dans votre vie personnelle et professionnelle.

Bien que naïve, cette courte phrase résume assez bien la situation : nous avons reçu des talents que nous devons découvrir pour les utiliser au mieux.

Pourquoi prendre conscience de vos talents ?

Le mot talent, dans son sens actuel, est issu de la parabole des talents de l'Evangile selon Saint Matthieu (25, 14 - 30) :

« Il en sera comme d’un homme qui allait partir en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. Il remit à l’un cinq cents pièces d’or, à un autre deux cents, à un troisième cent : à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Le serviteur qui avait reçu les cinq cents pièces d’or s’en alla aussitôt faire du commerce avec cet argent et gagna cinq cents autres pièces d’or. Celui qui avait reçu deux cents pièces agit de même et gagna deux cents autres pièces. 18Mais celui qui avait reçu cent pièces s’en alla creuser un trou dans la terre et y cacha l’argent de son maître.

« Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et se mit à régler ses comptes avec eux. Celui qui avait reçu cinq cents pièces d’or s’approcha et présenta les cinq cents autres pièces en disant : “Maître, tu m’avais remis cinq cents pièces d’or. J’en ai gagné cinq cents autres : les voici.” Son maître lui dit : “C’est bien, bon et fidèle serviteur. Tu as été fidèle dans des choses qui ont peu de valeur, je te confierai donc celles qui ont beaucoup de valeur. Viens te réjouir avec moi.” Le serviteur qui avait reçu les deux cents pièces s’approcha ensuite et dit : “Maître, tu m’avais remis deux cents pièces d’or. J’en ai gagné deux cents autres : les voici.” Son maître lui dit : “C’est bien, bon et fidèle serviteur. Tu as été fidèle dans des choses qui ont peu de valeur, je te confierai donc celles qui ont beaucoup de valeur. Viens te réjouir avec moi.” Enfin, le serviteur qui avait reçu les cent pièces s’approcha et dit : “Maître, je te connaissais comme un homme dur : tu moissonnes où tu n’as pas semé, tu récoltes où tu n’as rien planté. J’ai eu peur et je suis allé cacher ton argent dans la terre. Eh bien, voici ce qui t’appartient.” Son maître lui répondit : “Mauvais serviteur, paresseux ! Tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, que je récolte où je n’ai rien planté ? Eh bien, tu aurais dû placer mon argent à la banque et, à mon retour, j’aurais retiré mon bien avec les intérêts. Enlevez-lui donc les cent pièces d’or et remettez-les à celui qui en a mille. Car quiconque a quelque chose recevra davantage et il sera dans l’abondance ; mais à celui qui n’a rien, on enlèvera même le peu qui pourrait lui rester. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors, dans le noir, là où l’on pleure et grince des dents.” »

Que l'on soit catholique ou pas, l'idée à retenir est que nous avons (reçu) des talents que nous devons utiliser et faire fructifier. Deux raisons principales nous invitent à les découvrir et à les utiliser dans notre vie :

- Exceller dans ce que l'on fait car nous avons une certaine facilité à le faire. La proposition négative est, je trouve, encore plus parlante : ne pas essayer de faire ou de travailler sur ce pourquoi ou en quoi nous ne sommes pas particulièrement doués.

- Prendre du plaisir à faire fructifier ses talents et à accomplir notre mission grâce à l'utilisation ne nos talents. Prendre du plaisir à servir et à inspirer grâce à nos talents. Ici encore, le raisonnement inverse nous permet de comprendre l'absurdité de s'entêter dans une voie pour laquelle nous n'avons pas particulièrement de talent. Malgré notre travail, nous aurions moins de chance de réussir et prendrions moins de plaisir à la tache.

Etre conscient de vos talents va vous permettre de choisir les meilleurs moyens d'actions et de réalisation de votre mission. Si le leadership consiste à grandir en faisant grandir les autres, le leader va s'attacher à faire grandir ses talents et ceux de son entourage, famille, amis ou collègues. Ces considérations doivent nous permettre de comprendre l'importance de la connaissance de soi, et des autres, dans le développement de notre leadership. Ainsi, vos talents complètent votre tempérament et votre caractère. La base du leadership est de mieux connaître ces éléments constitutifs de notre personnalité pour ensuite les mettre au service de notre mission et de nos objectifs.

Comment découvrir vos talents ?

Je crois que la meilleure façon de découvrir ses talents en étant assez objectif est de le demander à son entourage. Beaucoup de livres de développement personnels conseillent de le faire, les retours sont souvent surprenants et très positifs.

Donc prenez votre courage à deux mains et laissez votre égo de coté le temps d'écrire et d'envoyer un message à vos proches en leur demandant ce à quoi vous êtes bon selon eux. Synthétisez les réponses, si ce sont des choses que vous faîtes avec facilité et que vous aimez faire, il y a de fortes chances pour que ce soit vos talents.

Je l'ai fait et les réponses sont vraiment d'une aide précieuse pour découvrir ou confirmer des traits de votre personnalité. Choisissez une dizaine de personnes parmi vos amis, famille ou collègues et lancez-vous !

Si vous aimez cet article, n'hésitez pas à le partager !

Dans le dernier article de cette série de quatre sur la connaissance de soi comme base du leadership, nous nous intéresserons à l'intérêt et la façon de formaliser son histoire personnelle. Pour recevoir cet article dès sa publication, abonnez-vous en laissant votre mail ci-dessous :

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly